CARL ANDRE
FRANÇOIS BACLESSE Journal de Bopa
STEPHANE BAYARD
SYLVIE BONNOT
BILL BRAND
ALTER CARNOL
ROSEMARIE CASTORO (1)
ROSEMARIE CASTORO (2) Writings
LESLEY FOXCROFT
BENOIT GOLLÉTY
DAVID GORDON (1)
DAVID GORDON (2) Poems
NICOLE HASSLER
HESSIE
ROBERT HUNTER (1)
ROBERT HUNTER (2) Grazia Gun "A Nothing Point"
ROBERT HUOT (1)
ROBERT HUOT Film Information
ROBERT HUOT On the Red Classic Series
MARIE-FRANCE JEAN
CAROL KINNE (1)
CAROL KINNE (2) Notes on Carol Kinne's Paintings
MARTINA KLEIN
MELISSA KRETSCHMER
NADINE DE KŒNIGSWARTER
LUCAS L’HERMITTE
GALERIE A. LEFEBVRE
LUCY LIPPARD "Full of it" sur Robert Huot (trad. fr.)
LUCY R LIPPARD lecture du 26.4.2012
LAURA MARELLO Lecture du 28 juin 2012
KATY MARTIN
JULIAN MEREUTA
THIERRY MIROCHNITCHENKO
CARMENGLORIA MORALES CV
CARMENGLORIA MORALES Textes théoriques années 70-80
MARIA MORGANTI (1)
MARIA MORGANTI (2) Walls of Work on Paper
PIERO MORGANTI Diario di Viaggio Parigi 23-28 ottobre 1992
HELGA NATZ
JUDITH NELSON (1)
JUDITH NELSON (2) "How Paper Responds To..."
PAUL NELSON (1)
PAUL NELSON (2) Poems
SIMONE NIEWEG
RENO ODLIN
ANITA PAIN
CHRISTINE PIOT
FRANCOIS RISTORI (1)
FRANCOIS RISTORI (2) Proposition-peinture
BARBARA ROSE interview Carl Andre
MARIANNE SCHARN (1)
MARIANNE SCHARN (2) A Correspondence with Carl Andre
MICHAEL H SHAMBERG
EIJI SUZUE (1)
EIJI SUZUE (2) Fragments de "L'Éclair de Paris"
RYO TAKAHASHI (1)
RYO TAKAHASHI (2) Écrits d'expositions
 

BERNADETTE DROUILLOT, BENOÎT GOLLÉTY, NADINE DE KŒNIGSWARTER, DIANA QUINBY "DESSINS"
9 mars - 15 avril 2017


Depuis plusieurs années, à l’arrivée du printemps, Paris fête le dessin. Du croquis ancien jusqu’aux pratiques contemporaines, ils se trouvent tous à l’honneur au Salon du Dessin au Palais Brongniart, au Salon Drawing Now ou encore à D Dessin. C’est ce que je nommerais le « printemps du dessin », et pour cette année 2017, Arnaud Lefebvre a choisi de montrer, dans sa galerie, les œuvres de Bernadette Drouillot, de Benoit Golléty, de Nadine de Kœnigswarter et de moi-même, Diana Quinby. Cette exposition ne cherche pas à défendre une approche particulière du dessin mais à faire cohabiter, pendant quelques semaines, les œuvres de quatre artistes pour lesquels le dessin est le moyen d’expression privilégié. Pour chacun de nous, la nécessité du trait et du support papier est apparente, et ce qui pourrait paraître comme une certaine austérité commune à nos œuvres relève, me semble-t-il, de la recherche de l’essentiel.

Les dessins que présente Bernadette Drouillot se révèlent au regard comme une danse des mains, un langage de signes rythmé par le geste, le trait et la couleur. C’est comme si l’artiste avait laissé l’empreinte de sa main en dentelle sur la feuille, incarnée par des traits fins et souples qui rendent vivante la matière composée de fils entrecroisés. Dessinée au feutre noir ou couleur, la dentelle est une sorte de peau où se trament la féminité et la sensualité, la douceur et la caresse. L’ensemble de ces dessins constituent deux séries : les Ouvrages de Dames et Les Mudras. Dans cette dernière, les doigts interprètent les positions du « Yoga des mains » ; dans les Ouvrages, ils expriment les gestes de la pratique du crochet en tenant ou en tirant un fil. Adepte de ces deux pratiques, l’artiste a constaté les similarités dans les gestes. En les dessinant, elle les relit entre elles et donne forme à sa recherche personnelle d’apaisement et d’équilibre intérieur. Elle s’oublie dans le processus répétitif et méditatif du geste; le parcours de la main et du trait élaborent une forme d’écriture qui trace le fil d’une idée autant que le fil de la vie. Le geste devient l’incarnation même de l’énergie vitale et créatrice.

Figurer la présence du corps par le biais du trait constitue l’essentiel de ma pratique. Avec le crayon, outil de précision, outil de l’écriture aussi, je fouille et j’ausculte, je raconte une histoire de la peau. Dans mes dessins de corps nus, souvent plus grands que nature, les mains sont dotées d’une présence particulière. Si les gestes incarnés de Bernadette Drouillot respirent d’une grâce quasi aérienne, les mains que je dessine expriment une certaine lourdeur charnelle ; elles sont parfois osseuses, creusées de rides ou de veines, ou recouvertes de poils. Elles sont poignantes dans leur expressivité et peuvent tenir lieu du visage. Pour l’exposition ici à la galerie, j’ai tenté de faire des dessins aux formats réduits, de faire ressentir le corps entier en ne montrant qu’un fragment. J’ai tenté aussi d’aller plus loin dans la multiplication de traits, d’approfondir la densité de gris et de presque-noirs. Dans l’un de ces dessins, j’ai choisi d’omettre les mains pour voir si je pouvais suggérer l’émotion à partir d’une topographie graphique de la chair.

« Dans mon monde fantastique, dans mon monde ludique, il y a toujours l’animal ». Nadine de Kœnigswarter dit qu’elle est particulièrement touchée par cette phrase de Carole Rama. La présence animale dans ses dessins récents leur confère la dimension magique d’un conte de fée personnel ou d’un lieu naturel enchanté. Dans un grand dessin essentiellement abstrait, le réseau de traits et de points suggère des constellations d’une phosphorescence radieuse. Dans Apparition, un chien aux poils longs, assis sur un sol en damier, regarde vers le ciel noir; il semble attendre fidèlement le signe de son maître pour le rejoindre dans la voûte céleste. La luminosité des traits dans les deux dessins provient d’un processus de grattage: avec l’aide d’un burin, l’artiste gratte la surface du papier préalablement recouverte de couches successives de craie grasse. En enlevant de la matière, elle retrouve le support, fait émerger le dessin du noir. Dans le monde fantastique de Nadine de Kœnigswarter, dans l’ensemble de sa pratique, la recherche de la lumière se révèle dans les approches multiples de l’inscription du trait.

La pratique de Benoit Golléty semble pousser les limites du dessin à son paroxysme en interrogeant la nature même du trait au graphite sur papier. Au mur de la galerie se trouvent deux dessins à peine perceptibles, entourés d’amples marges blanches dans leur cadre. L’intimité des formats et le vide apparent de l’espace pictural invite le visiteur à s’approcher. L’œil commence à distinguer quelques traits et griffures, à différencier les nuances de gris. La subtilité du dessin confère à chacun des gestes une signification plastique considérable: les traits et leur emplacement sur la feuille, leur densité ou leur légèreté, sont comme les mots d’un poème. Leur sens, leur sonorité et leur place parmi d’autres mots doivent être justes. De même, la feuille de papier constitue un élément actif de l’ensemble: sa blancheur, sa texture sont révélées par les traits au graphite, et ses bords, coupés net ou déchirés à la règle, dessinent des lignes qui peuvent délimiter l’espace pictural ou, au contraire, suggérer son prolongement au-delà de la feuille. Les travaux de Benoit Golléty nous rappellent l’infini des possibles du crayon sur papier et acheminent le regard vers un espace de contemplation.

DIANA QUINBY


Exhibit Images


"Dessins" vue d'exposition




Vernissage "Dessins"




Vernissage "Dessins"




Vernissage "Dessins"




Vernissage "Dessins"




Vernissage "Dessins"




"Dessins" mur de gauche en entrant (Bernadette Drouillot, Nadine de Kœnigswarter et Diana Quinby)




"Dessins" mur de droite en entrant (Nadine de Kœnigswarter, Benoît Golléty)




Bernadette Drouillot
6 dessins au feutre pigmentaire avec réhauts de blanc sur papier, 24 x 18 cm.
"XIIII - Ouvrage de Dames, geste 1" (vert), 2016
"XIIII - Ouvrage de Dames, geste 2" (noir), 2016
"XIIII - Ouvrage de Dames, geste 3" (ocre rouge), 2016
"XIIII - Mudrâ Jnana Chin" (vert), 2016
"XIIII - Mudrâ Ardhapataka" (noir), 2016
"XIIII - Mudrâ Gyan" (ocre rouge), 2016




Bernadette Drouillot
"XIIII - Mudrâ Jnana Chin", 2016
Dessin au feutre pigmentaire de couleur verte et réhauts de blanc sur papier dessin, encadré, 24 x 18 cm.




Nadine de Kœnigswar ter
[sans titre], 2015
Pastel à l’huile sur papier, encadré sous verre, 23 x 29,5 cm.




Diana Quinby
"Couple 2", 2016, lavis et graphite sur papier, encadré sous verre, 56 x 76cm.

Diana Quinby
"Couple 8", 2017, lavis et graphite sur papier, encadré sous verre, 56 x 76cm.




Diana Quinby
"Couple 7", 2017, crayon graphite sur papier, 98 x 82 cm.




Nadine de Kœnigswarter
[sans titre], 2016, 2 pastels à l’huile sur papier, 23 x 29,5 cm chaque.
Nadine de Kœnigswarter
[sans titre], 2016, pastel à l’huile sur papier, encadré sous verre, 99 x 69 cm.
Nadine de Kœnigswarter
"Apparition", 2016, pastel à l’huile sur papier, encadré sous verre, 29 x 22 cm.




Nadine de Kœnigswarter
[sans titre], 2016, pastel à l’huile sur papier, 23 x 29,5 cm.




Benoît Golléty
[sans titre], 2016
crayon sur papier, encadré sous verre, 18,6 x 14,8 cm.
Benoît Golléty
[sans titre], 2016
crayon sur papier, encadré sous verre, 10 x 17 cm.