CARL ANDRE
FRANÇOIS BACLESSE Journal de Bopa
STEPHANE BAYARD
SYLVIE BONNOT
BILL BRAND
ALTER CARNOL
ROSEMARIE CASTORO (1)
ROSEMARIE CASTORO (2) Writings
LESLEY FOXCROFT
BENOIT GOLLÉTY
DAVID GORDON (1)
DAVID GORDON (2) Poems
NICOLE HASSLER
HESSIE
ROBERT HUNTER (1)
ROBERT HUNTER (2) Grazia Gun "A Nothing Point"
ROBERT HUOT (1)
ROBERT HUOT Film Information
ROBERT HUOT On the Red Classic Series
MARIE-FRANCE JEAN
CAROL KINNE (1)
CAROL KINNE (2) Notes on Carol Kinne's Paintings
MARTINA KLEIN
MELISSA KRETSCHMER
NADINE DE KŒNIGSWARTER
LUCAS L’HERMITTE
GALERIE A. LEFEBVRE
LUCY LIPPARD "Full of it" sur Robert Huot (trad. fr.)
LUCY R LIPPARD lecture du 26.4.2012
LAURA MARELLO Lecture du 28 juin 2012
KATY MARTIN
JULIAN MEREUTA
THIERRY MIROCHNITCHENKO
CARMENGLORIA MORALES CV
CARMENGLORIA MORALES Textes théoriques années 70-80
MARIA MORGANTI (1)
MARIA MORGANTI (2) Walls of Work on Paper
PIERO MORGANTI Diario di Viaggio Parigi 23-28 ottobre 1992
HELGA NATZ
JUDITH NELSON (1)
JUDITH NELSON (2) "How Paper Responds To..."
PAUL NELSON (1)
PAUL NELSON (2) Poems
SIMONE NIEWEG
RENO ODLIN
ANITA PAIN
CHRISTINE PIOT
FRANCOIS RISTORI (1)
FRANCOIS RISTORI (2) Proposition-peinture
BARBARA ROSE interview Carl Andre
MARIANNE SCHARN (1)
MARIANNE SCHARN (2) A Correspondence with Carl Andre
MICHAEL H SHAMBERG
EIJI SUZUE (1)
EIJI SUZUE (2) Fragments de "L'Éclair de Paris"
RYO TAKAHASHI (1)
RYO TAKAHASHI (2) Écrits d'expositions
 

"GALERIE ARNAUD LEFEBVRE 1990 – 2011" CARL ANDRE, JEAN-PIERRE BERTRAND, SYLVIE BONNOT, ALTER CARNOL, ROSEMARIE CASTORO, SUSAN CHORPENNING, FRANCINE FLANDRIN, LESLEY FOXCROFT, HOLLIS FRAMPTON, PATRICK DES GACHONS BENOIT GOLLETY, DAVID GORDON, GU DEXIN, MARCIA HAFIF, NICOLE HASSLER, ROBERT HUNTER, ROBERT HUOT, MARIE-FRANCE JEAN, CAROL KINNE, MARTINA KLEIN, NADINE DE KŒNIGSWARTER, MELISSA KRETSCHMER, LUCAS L’HERMITTE, CHRISTIANE MAIER JULIAN MEREUTA, ANTOINE MOREAU, MARIA MORGANTI, JANE MOTIN, HELGA NATZ, JUDITH NELSON, PAUL NELSON, RENO ODLIN, STEVEN PARRINO, FRANÇOIS RISTORI, CLAUDE RUTAULT, ANNE SAUSSOIS, MARIANNE SCHARN, PHILIPPE SEUX, EIJI SUZUE, RYO TAKAHASHI, LANA VASILJEVIC, ELIZABETH VERCOE BERNARD VILLERS, LAWRENCE WEINER, ERWIN WURM
27 septembre - 15 octobre 2011



CARL ANDRE

JEAN-PIERRE BERTRAND

SYLVIE BONNOT

ALTER CARNOL

ROSEMARIE CASTORO

SUSAN CHORPENNING

FRANCINE FLANDRIN

LESLEY FOXCROFT

HOLLIS FRAMPTON

PATRICK DES GACHONS

BENOIT GOLLETY

DAVID GORDON

GU DEXIN

MARCIA HAFIF

NICOLE HASSLER

ROBERT HUNTER

ROBERT HUOT

MARIE-FRANCE JEAN

CAROL KINNE

MARTINA KLEIN

NADINE DE KŒNIGSWARTER

MELISSA KRETSCHMER

LUCAS L’HERMITTE

CHRISTIANE MAIER

JULIAN MEREUTA

ANTOINE MOREAU

MARIA MORGANTI

JANE MOTIN

HELGA NATZ

JUDITH NELSON

PAUL NELSON

RENO ODLIN

STEVEN PARRINO

FRANÇOIS RISTORI

CLAUDE RUTAULT

ANNE SAUSSOIS

MARIANNE SCHARN

PHILIPPE SEUX

EIJI SUZUE

RYO TAKAHASHI

LANA VASILJEVIC

ELIZABETH VERCOE

BERNARD VILLERS

LAWRENCE WEINER

ERWIN WURM

 

GALERIE ARNAUD LEFEBVRE 1990 – 2011

 

27 septembre 2011 - 15 octobre 2011

Vernissage : mardi 27.9.2011, 18h-20 h / Opening : Tuesday 9.27.2011, 6-8pm

 

GALERIE IVANA DE GAVARDIE - 10 RUE DES BEAUX-ARTS - 75006 PARIS

Mardi-samedi : 14h30 -18h30 / Tues-Sat : 2:30-6:30 pm

 

Contact : Arnaud Lefebvre - tél. : +33 (0)6 81 33 46 94 - www.galeriearnaudlefebvre.com

 

Merci à Ivana

 

Cette exposition est dédiée à David Gordon / This exhibition is dedicated to David Gordon



Bonjour.

 

L’idée de cette exposition est de montrer un parcours rétrospectif des 21 années d’exposition qui ont eu lieu dans ma galerie, au 30 rue Mazarine.

 

Il y a beaucoup des artistes qui ont exposé mais tout le monde n’est pas là.

 

Sur le mur de gauche en entrant, j’ai accroché des œuvres déjà présentées à la galerie, qui m’étaient restée en stock. J’ai à vrai dire reproduit schématiquement l’endroit de stockage du sous-sol et suis parti de ce schéma pour commencer l’accrochage. Le résultat ressemble un peu à un cabinet d’amateur du 18e… J’ai ensuite disposé autour des œuvres d’artistes qui m’étaient restées, pas forcément dans ce lieu de stockage-là.

 

Sur le mur du fond, il y a une base de textes écrits, avec une référence à la poésie qui a été souvent exposée à la galerie. J’ai dû couper la ligne des 22 « Grands Atouts » de Reno Odlin pour des questions de place, et ai mis à la place le « Van Eyck » de Robert Huot et Carol Kinne, au début et à la fin. Pour ce mur, je suis parti du centre avec la boîte à miroir d’Helga Natz.

 

Sur le mur de droite, il y a des œuvres nouvellement arrivées, qui n’ont pas été exposées avant (sauf le dessin de François Ristori, mais qu’il a remanié depuis, et le dessin de Benoit Golléty qu’il a voulu garder de son exposition précédente).

 

Dans les vitrines, il n’y  pas d’idée préconcue, plutôt un point de vue pratique. Martina Klein a suggéré l’emplacement de son travail, mais que j’ai surélevé par rapport à son idée de départ car j’avais peur que des visiteurs n’abîment par mégarde la partie de toile qui devait reposer à l’horizontale.

J’aime bien que la pièce de Robert Huot installée en permanence près de la porte d’entrée de la galerie d’Ivana retrouve sa place naturelle dans l’exposition.

 

Il y a aussi des œuvres accrochées rue Mazarine, mais comme le bail est à céder, on ne peut voir l’exposition que de l’extérieur. J’ai disposé un petit hommage à David Gordon sur une table près de la vitrine, des livres publiés de sa poésie et quelques éditions faites par ma galerie.

Je regrette de n’avoir pu encore contacter Jean-Pierre Bertrand au sujet de sa pièce et j’espère que l’exposition lui plaira.

 

J’ai mis des photos sur le site de la galerie : http://www.galeriearnaudlefebvre.com, pour ceux qui veulent avoir une idée visuelle de l’exposition et qui n’ont pas pu s’y rendre.

 

Je peux en tout cas vous dire qu’il n’y a pas une pièce présente dans cette exposition qui n’ait été accompagnée de mes pensées.

 

Le dessin du plan de l’exposition qui suit a été fait par Ryo Takahashi.

 

Amicalement,

Arnaud

8.9.2011


Hello,

 

The idea of this exhibition is to show a retrospective view of the 21 years of shows that took place at my gallery, 30 rue Mazarine.

 

There are many of the artists who have exhibited but everybody is not here.

 

On the left wall from the entrance, I hanged works already presented at my gallery, that I kept in storage.  To tell the truth, I have schematically reproduced the storage place in the basement and started from this pattern to begin the installation. The result looks a little like a 18th century cabinet d’amateur… I then arranged around it works of artists that was kept by me, not necessarily in that storage place.

 

On the back wall, there is a base of written texts, with a reference to poetry that was often exhibited at my gallery. I had to cut the line of the 22 “Grands Atouts” of Reno Odlin for reasons of space, and put instead the “Van Eyck” of Robert Huot and Carol Kinne, at the beginning and at the end. For this wall, I started from the center with the mirror box of Helga Natz.

 

On the right wall, there are newly arrived works, that were not shown before (except the drawing of François Ristori, but he reshaped it since, and the drawing of Benoit Golléty that he wanted to keep from his previous exhibition).

 

In the windows, there is no preconceived idea, rather a practical point of view. Martina Klein suggested the place for her work, but I put it higher than what she thought at first because I was afraid some visitors could damage inadvertently the part of the canvas that rests horizontally.

I like the piece by Robert Huot intalled in permanence nearby the entrance door of Ivana’s Gallery, and that finds again its natural place in the exhibition.

 

There are also some works hanged at rue Mazarine, but as the space is to rent, one can see  the show only from the outside. I dispayed a small homage to David Gordon on a table near the window, books published of his poetry and some publications of my gallery.

I regret I could not contact Jean-Pierre Bertrand about his piece and I hope he will like the show.

 

I put photos on the website of my gallery: http://www.galeriearnaudlefebvre.com for those who want to have a visual idea of this exhibition and could not come and see.

 

I can in any case tell you that not one single piece present in this exhibition was not in my thoughts.

 

The drawing of the exhibition map that follows was made by Ryo Takahashi.

 

All best wishes,

Arnaud




fracas / fragment

 

Au-delà de l’apparence des mots, des multiples références au cut-up et au fragment, en regard de l’existence et de l’exposition.

 

Cut-up, couper, élever. Les résonnances de l’antique bruissent.

 

La césure des apparences, et aussi dans une autre tradition rupture du sensible pour accéder au sens véritable de la vie.

 

La chute. L’être jeté au monde. Malgré lui.

 

Mais aussi la déchirure de l’harmonie de l’être à ce monde en face de la chute, fracturation du mot, contre les maux de leur gangue, désir envisagé. Ne plus circonvenir. Sang du sens.

 

L’innocence perdue des régressions multiples de l’unique imposée, du totem castrant, pour un devenir ardu, improbable livré à l’inadéquation du monde au sens, à nos sens.

 

Comment écrire après la catastrophe de notre immersion dans la violence totale du monde, le XXème siècle et l’apogée du délire de l’humanité ? Par retour à la thématique séculaire dans son risque total. Contre la totalité. Rompre l’apparence des mots trompeurs, des codes étouffants, créer le désir, l’aporie après le vacarme, interstice, émergence de résonnance nouvelle, de poésie inconnue sinon, son nouveau, forme, perspective dévoilées.

 

La possible subsistance après tout de quelques moments de sens, multiples, nombreux à souhait suivant l’investissement que nous y trouverions enfin, à nouveau, possible.

Fragments.

 

Infra-mince, interstice, témoin, concrétisation, fin de la sublimation, échappatoire, scrutation de presque-rien, refus du néant en bribe, un texte, infime, un coup d’œil, évocations, subreptices, presque ineffables. Après que : fractures connues, existence, sens au risque toujours de se confronter, au texte, au visible, contradiction en marge, présence de l’autre possible.

 

Fractales : l’acceptation d’un risque qui ne serait pas normé. Enfin délivré du lissage d’une esthétique essentielle, l’existence dans son risque, dans ses possibles. Exil d’une totalité textuelle, d’une geste bienveillante, en trop. Attention portée, du détail qui accroche à un tout limité.

 

L’exposition, l’existence au risque de sortir de nos gonds, préjugés, préjudices, laisser enfin apparaître une vie, pouvoir vivre. Qui sait ?

Une galerie en Seine, air de Paris, évanescence, émergence, qu’Arnaud mène amène, patient contre l’enfermement, nous amène, nous emmène, vie saine non sans peine, éclats sans éclat de trop, petit trot, une galerie qui en montre sans en jeter, espace, ni trop ni pas assez, attention portée, expérience, attention multiple, focalisation, travail, pas à pas, pas d’appât, pas à la papa . Recommencement, renaissance. De quoi vers quoi ? et malgré tout ?

 

Michel Bernheim (septembre 2011)



Din and fragment

 

Beyond the appearance of words, of multiple references to the cut-up and to the fragment, in the face of existence and exhibition.

 

Cut-up, to cut and to bring up. Resonances of antiquity are rustling.

 

The caesura of appearances, and in another tradition the breaking with the reign of sensitivity to access the true sense of life.

 

The falling. The being, thrown to the world. Without prior consent.

 

But also the tear of the harmony of existence in this world in face of the falling, fracture of the word, against the harms of their gangue, desire in front. No circumventing anymore. Blood-sense.

 

The lost innocence of the multiple regressions of the imposed unique, of the castrating totem, toward an uncanny future, improbability given to the mismatching of the world with the sense, with our senses.

 

How to write after the catastrophe of our immersion in the total violence of the world, the 20th century and the acme of the delirium of humanity? By turning again to the secular thematic of the total risk. Against totality. To break up and through the appearance of the words, stifling rules, to create the desire, aporia after the din, interstice, emergence of a new resonance, of unknown poetry if not of its new sound, of form, of unveiled perspectives.

 

After all, the possible subsistence of some tiny, multiple moments of sense, as numerous as one can hope in consequence of the self-investment we should at last find, again, possible. Fragments.

 

Infra-mince, interstice, witness, concretization, end of sublimation, escaping, scrutinising of specks, refusal of naught in scraps, tiny text, glance, surreptitious evocations, almost ineffable. After what: known fractures, existence, meaning at the risk of a permanent confrontation, with the text, with the visible, contradiction in margin, presence of the possible other.

 

Fractals: acceptance of an outstanding risk. Released, at last, from a dogmatic aesthetic, existence at its own risk, inside its possibilities.  Exile from a textual totality, of a flattering posture, in excess of the existence. Borne attention, devoted to the detail that tunes with a limited albeit complete whole.

 

The exhibition, existence at the risk of delivering a self destroying energy, bias, prejudice, to let at last appear a life, a possibility of living. Who knows?

A gallery seen en Seine, air of Paris, evanescence, emergence, under the gracious careful direction of Arnaud, patient against confinement, brings, leads us, healthy life but not without pain, brisk without fuss, at a gentle trot, a gallery that lets people see, that demonstrates inconspicuously, a space, not too much, not too little, gentle attention, experience, polymorph care, focus, work, step by step, no lure, no flattering. Start again, rebirth, renaissance.

But coming from what and going to where? And in spite of everything? 

 

Michel Bernheim (September 2011)


Exhibit Images


Vue d'exposition
courtesy Jean-Guy Chaumard




Performance Francine Flandrin "Hommage à Cadere"
courtesy Jean-Guy Chaumard




Performance Francine Flandrin "Hommage à Cadere"
courtesy Jean-Guy Chaumard




Performance Francine Flandrin "Hommage à Cadere"
courtesy Katia Feltrin




Performance Francine Flandrin "Hommage à Cadere"
courtesy Jean-Guy Chaumard




Performance Francine Flandrin "Hommage à Cadere"
courtesy Jean-Guy Chaumard




Plan exposition 1
dessin Ryo Takahashi




Plan exposition 2
dessin Ryo Takahashi




Plan exposition 3
dessin Ryo Takahashi




Plan exposition 4
dessin Ryo Takahashi




Vue d'exposition Galerie Ivana de Gavardie




Vue d'exposition Galerie Ivana de Gavardie




Vue d'exposition Galerie Ivana de Gavardie




Vue d'exposition Galerie Ivana de Gavardie




Lucas L'Hermitte, "Eccéité", Mémoire hier-aujourd’hui, 1984, noir acétylène sur polyester, 41 x 40 cm, bords francs alu, écarté du mur

Gu Dexin, encre et gouache, 19,5 x 20 cm, 1983




Bernard Villers, huile sur bois, 1991, 23 x 18 cm

Antoine Moreau, "Vitagraphie" à la maison du 13.5.89 au 3.6.89, 47 x 47 cm

Lana Vasiljevic, 1996, crayon et gouache, 21 x 25 cm




Susan Chorpening, "200 Drawings # 30", 5/25/99, 55 x 79 cm

Rosemarie Castoro "Suitcase Size Dancer", acier inoxydale, 61(h)x10(l)x 54(p)cm




Steven Parrino, sans titre, fusain, 1983, 19 x 19 cm, signé et daté au dos

Rosemarie Castoro, "Knee-High Flasher", 1979 , acier froissé recouvert de peinture acrylique, solo, 50(h)x18(l)x13(p)cm

Eiji Suzue, huile sur toile, 2005, 50 x 40 cm

Melissa Kretschmer "R.CC.", glass, ink, silicone, 22,5 x 22,5 x 5 cm

Helga Natz, n° 178, 2003, cire et cuivre, 35 x 43 x 3,5 cm




Melissa Kretschmer, "Plane Series", #0806 (V.M.), cire d’abeille, graphite, papier et contreplaqué, 2006, 35 x 33 cm,

Carl Andre, 5 postcards 1972, n° 93/124 (12-3-70), n° 94/124 (12-4-70), n° 95/124 (12-5-70), n° 96/124 (12-6-70), n° 97/124 (12-7-70), collage de tartan sur carte, 8,5 x 14 cm

Carl Andre, poem Xerox from YUCATAN, POLITICALSTATEOFYUCATAN, 1972

Carl Andre, poem Xerox from YUCATAN, SEARCHJOURNEYRUINED, 1972




Rosemarie Castoro, 1964, acrylic on canvas, 23 x 23 cm

Melissa Kretschmer, paperworks, 25,5 x 28 cm, untitled, beeswax & graphite on paper collage

Lesley Foxcroft, "Memorable Years, 2008 - For Now", Cornelissen gold & 12 layers of grey card, 15 x 15 x 2,6 cm

Melissa Kretschmer, "Sirius", glass, ink, silicone, 13 x 13 x 6 cm




Carl Andre, poem Xerox from YUCATAN, POLITICALSTATEOFYUCATAN, 1972

Carl Andre & Rosemarie Castoro, THE COMMONPLACE BOOK OF ROSEMARIE CASTORO AND CARL ANDRE, 1997, 1/6, xerox, les trois premières pages

Carl Andre, poem Xerox from YUCATAN, SEARCHJOURNEYRUINED, 1972

Marianne Scharn "Mogollon Baldy", 1996-2000, acrylique sur toile, 61 x 114, 5 cm





Judith Nelson, "Stack Patch", 2010, Monoprint pods, intaglio, relief print

Carol Kinne, "Icon Painting", 1997, 1 pannel (out of 12), 30x30 cm, oil on canvas




Robert Huot, "Cad Yellow Med", acrylique s/ toile, 2007, 2 éléments, 50 x 113 cm

Lucas L'Hermitte, "Moyon", 2001, Mémoire hier-aujourd’hui, 41 x 40 cm (bords francs) alu, acétylène sur polyester




Christiane Maier, "Konstellatione", 4 éléments, 2002, Tushe u. Tempera auf Glassvlies, ca 43 x 52 cm

Marcia Hafif, Orange de cadmium foncé sur Bleu outremer Lasure acrylique sur toile, 1994, 35 x 35 cm

Maria Morganti, huile sur toile, Venezia, 1998, 50 x 40 cm

Patrick des Gachons, huile sur toile, 2003, 10 x 10 cm




Martina Klein, vert jaune, huile sur toile, 2001, 110 x 70 cm

Ryo Takahashi, "Borne F", 2 éléments, 2009, h : 78 cm (51 + 27 cm), Ø : 12 cm

Philippe Seux, COLÉGRAMME, 11 éléments de zinc ordonnés et compris entre 2 plaques de zinc de 20 x 30 cm. L’ensemble est accroché selon une trame dessinée à la mine de plomb. L’affichage se fait en suivant l’ordre indiqué. Les plaques indiquent le début et la fin de l’accrochage. Dimension de la trame au mur : 120 x 60 cm




Vue d'ensemble




Vue d'exposition Galerie Ivana de Gavardie

Rosemarie Castoro, "Ironic Column", 2001, tissu acier, béton, 25(h)x18(l)x13(p)

Robert Hunter, photo d’exposition Eglise de Port-Royal, (Hôpital Cochin), 10-14 sept. 2001, (4 peintures exposées)

Paul Nelson "Google, Zoom, Look Close", poem, 2011




Robert Huot et Carol Kinne, "The Red Classics Series", 2008-2009, scan + photo (13”x19” / 48 x 32,5 cm) After Van Eyck, Ghent altar piece, 15th Cent.




Reno Odlin, "Les Grands Atouts", fragment (du n°8 « La Giustizia » au n° 14 « La Temperanza ». 22 nos. au total)

Marianne Scharn, "Hommage to David Gordon", acrylic on canvas, 2011, 30x30 cm




Hollis Frampton, "Lettres" à Reno Odlin (fragments), 1964, Edited by Reno Odlin (2nd édition) 2002, p. 97-102.

Helga Natz, N° 220, "Raree Show" (Guckkstaten), n. 1/5, 2011, cardboard and mirror, 17,8 x 17,8 x 17,8 cm

David Gordon, "Peer", from "Stem" part VI of a Long Poem, typographie de Reno Odlin, fragment de 8 pages.




Helga Natz, "Raree Show"




Erwin Wurm, 1992, pull over plié, 55(h)x31(l)x15(p) cm

Eji Suzue, sculpture vinyle, 2010, 2 éléments (mur et sol), mur : 35(h)x5(l)x6(p) cm, sol : 41(p)x40(l)x0,5(h)cm




Vue d'ensemble




Nadine de Kœnigswarter, 2 photos, 2010, n° 1/6, tirage argentique

Marie-France Jean, "Oiseau traltraltralzraf", 18 x 63 cm, encre sur papier japonais

Sylvie Bonnot, dessin/photo Kellerberrin, triptyque dessins oilbar sur tirages barytés, 36 x 52 cm, 2011

Anne Saussois, série "Tracés", 2010, dessin, 24 x 32 cm




Julian Mereuta, video "Red Room Summary", 2008, 5:08 min
"comme son nom l'indique, Red Room Summary est un résumé pour un film que je pensais faire en 2008, Red Room, abandonné par manque de moyens.
Cette vidéo doit donc être regardée comme teaser ou bande annonce d’un film… inexistant."

Julian Mereuta, "Grotto Dream", Dogon, 2000, 3 photos argentiques, pièce unique, 50 x 40 cm
"Une des sources de mes peintures noires, appelées Umatula's paintings, est la civilisation Dogon (art, cosmogonie, mythes). Une rencontre inexplicable, malgré mes tentatives.
En 2000, dans un moment où cette peinture était depuis longtemps derrière moi, Nadine de Kœnigswarter m’a parlé d'un voyage qu’elle ferait en Pays Dogon. J'y ai vu l'occasion de faire ensemble une sorte de performance photographique déléguée... à la recherche d'Umatula. J'ai acheté deux appareils photo jetables que je lui ai confié avec un protocole de performance assez strict : -aucune recherche de SUJET
-on dirige l'appareil vers un quelconque sujet, mais sans viser, ni cadrer
-le matériel résultant m'appartient et je peux utiliser cette matière brute dans des contextes aléatoires
Et dans ce jeu, Nadine est bien entendu co-performeure."




Eiji Suzue, huile sur toile, 2011 (n°4), 50 x 40 cm

Judith Nelson, "Weld", 2010, 22”x26”x3”, Norfolk Pine seeds, Royal Ponciana twigs

Benoit Golléty, sans titre, 2011, crayon sur papier, 21 x 29,7 cm

Ryo Takahashi, "Seuil", cendre et pigment sur toile marouflée sur panneau, 2011, 62,5 x 43 cm

sur la table: David Gordon "Lodestar" poem, Elizabeth Vercoe "Herstory V" A song cycle for voice & six instruments (3 pages of score), Eiji Suzue "Miracle de l'encéphale" poème, "Un Piano noir" poème




David Gordon "Lodestar" p.1




David Gordon "Lodestar" p.2

DAVID GORDON
Lodestar

"Douce aux oreilles de qui écoute—
pendant que mon cœur intuitionne l'absolu.
Non. Pas possible. Jamais.
Pourtant, vous les filles rincez les pieds de ces rôdeurs,

et construit son lit
bien chaud avec de la laine à corps épais
qui s'enveloppait de la lueur
du bélier du lutteur
il se leva au chant du coq
à l'or du trône du soleil.

Puis lavé, embaumé,
et à côté de Télémaque,
il peut se dire comme la nourriture lui a fait jouer les dents
sous la poutre de mon toit brasennose,
et quiconque afflige
les sentiments de son cœur
dessèche son propre lit de noce .

Car comment savoir si je l'emporte sur d'autre épouses
en tact de l'esprit et en trame de sens,
si, crasseux en haillons sordides,
tu prends ton repas à ma table?

Les jours de l'homme ne durent
que la vitesse d'un clin d'oeil
mais s'il harasse le foyer du cœur
il rend dur ses outils bachiques;
même son nom lève le ridicule.

Mais que l'étoile qui le dirige
soit bonne
quand le malheur au plus haut,
est aussi au plus près:
d'une telle argile
se fabrique le temps de notre souffle à tous."


Lodestar is a transcendental power, the underlying meaning is that Lodestar is a universal guide for all. In this poem it represents the beneficial things Ezra Pound bequeathed in his writings — NOT his errors or mistakes.

(L'étoile directrice est un pouvoir transcendantal, la signification sous-jacente est que l'étoile directrice est un guide universel pour tous. Dans ce poème elle représente les choses bénéfiques qu'Ezra Pound a légué dans ses écrits — PAS ses erreurs ou ses fautes.)

David Gordon, 7 juillet 2011





Elizabeth Vercoe "Herstory V" front page




Elizabeth Vercoe "Herstory V" p.1
© Elizabeth Vercoe, 2011




Elizabeth Vercoe "Herstory V" p.2
© Elizabeth Vercoe, 2011




Elizabeth Vercoe "Herstory V" p.3
© Elizabeth Vercoe, 2011




Eiji Suzue, poème pour David Gordon
© Eiji Suzue, 2011




Eiji Suzue, poem for David Gordon
© Eiji Suzue, 2011




Eiji Suzue, poème pour Arnaud
© Eiji Suzue, 2011




Eiji Suzue, poem for Arnaud
© Eiji Suzue, 2011




François Ristori, dessin, 2005, 12 éléments, crayon sur papier, 12 feuilles de 32 x 24 cm, total 96 x 96 cm




Gu Dexin, 10.VI.1993, bidet et plastique brûlé, 23 x 37 x 61 cm




Nicole Hassler, "Boîte à pharmacie NL H 48 Lucky Lavender", 2011, laque à ongle sur aluminium, H 45cm x L 35 cm x P 15 cm

Francine Flandrin, "Hommage à Cadere", balai de la Ville de Paris, peinture, combinaison transfert, plaque gravée, 2011, n° 1/3, 180 x 55 x 55 cm (approx.)




Francine Flandrin, "Hommage à Cadere"

Martina Klein, oil on canvas, 2011, 68 x 45,5 cm




Martina Klein, oil on canvas, 2011, 68 x 45,5 cm




Robert Huot et Carol Kinne, Animation "4 Carols +", 2008, CD




Julian Mereuta, "Man as a Clock", Concept Performance 1972, 30 x 21 cm
"Man as Clock est une des réponses à une invitation faite en 1972 par Jorge Glusberg, directeur de CAYC (Centro de Arte y Comunicación) de Buenos Aires, centre qui était à l'époque un élément moteur du mouvement conceptualiste (deuxième vague). J'ai travaillé sur plusieurs propositions, en ai choisi deux. Elles ont été présentées dans une exposition devenue célèbre ART SYSTEM 2 actuellement dans son intégralité dans la collection du Musée de l’Université de Iowa). Dans l'exemplaire de l’exposition, le temps a fait son travail, on pourrait même parler d'une patine conceptuelle..."

Jane Motin, NOUS, HEAT, SUN, AIR, GIT, 5 mots troués sur tissus, 2011, 12 x 16 cm chaque (approx.)




Julian Mereuta, "Man as a Clock"
Lawrence Weiner, "On One Side of the Same Water"




Lawrence Weiner, "On One Side of the Same Water", cat. # 666, 1990 (autocollant 22 x 17 cm)

Robert Huot, 2 T’s Tape Pieces, 1969, Blue Pro Mask tape, taille variable, éd. de 5




Vue d'exposition 30 rue Mazarine




Vue d'exposition 30 rue Mazarine
Hommage à David Gordon




Vue d'exposition 30 rue Mazarine
Jean-Pierre Bertrand, Papier citron 1980, 86,5 x 65,5 x 2,5 cm, chaise verte, 84 x 37 x 40 cm




Vue d'exposition 30 rue Mazarine
Lucas L'Hermitte “Saint Laurent de Cuves” Mémoire Hier-Aujourd’hui, 2006, 82 x 80 cm, (bords francs) alu, acétylène sur polyester

Robert Huot “Vat Orange” (fragment), acrylique sur toile, 2007, 2 éléments 60x 64,5 cm et 58 x 68 cm, total 60 x 134 cm




Vue d'exposition 30 rue Mazarine
claude rutault “a vendre”, sérigraphie, 89 x 130 cm




Vue d'exposition 30 rue Mazarine
Maria Morganti huile sur toile, Verona 1998, 140 x 100 cm




Vue d'exposition 30 rue Mazarine
Jean-Pierre Bertrand




Vue d'exposition 30 rue Mazarine
Lawrence Weiner, Arnaud Lefebvre