CARL ANDRE
FRANÇOIS BACLESSE Journal de Bopa
STEPHANE BAYARD
SYLVIE BONNOT
BILL BRAND
ALTER CARNOL
ROSEMARIE CASTORO (1)
ROSEMARIE CASTORO (2) Writings
LESLEY FOXCROFT
BENOIT GOLLÉTY
DAVID GORDON (1)
DAVID GORDON (2) Poems
NICOLE HASSLER
HESSIE
ROBERT HUNTER (1)
ROBERT HUNTER (2) Grazia Gun "A Nothing Point"
ROBERT HUOT (1)
ROBERT HUOT Film Information
ROBERT HUOT On the Red Classic Series
MARIE-FRANCE JEAN
CAROL KINNE (1)
CAROL KINNE (2) Notes on Carol Kinne's Paintings
MARTINA KLEIN
MELISSA KRETSCHMER
NADINE DE KŒNIGSWARTER
LUCAS L’HERMITTE
GALERIE A. LEFEBVRE
LUCY LIPPARD "Full of it" sur Robert Huot (trad. fr.)
LUCY R LIPPARD lecture du 26.4.2012
LAURA MARELLO Lecture du 28 juin 2012
KATY MARTIN
JULIAN MEREUTA
THIERRY MIROCHNITCHENKO
CARMENGLORIA MORALES CV
CARMENGLORIA MORALES Textes théoriques années 70-80
MARIA MORGANTI (1)
MARIA MORGANTI (2) Walls of Work on Paper
PIERO MORGANTI Diario di Viaggio Parigi 23-28 ottobre 1992
HELGA NATZ
JUDITH NELSON (1)
JUDITH NELSON (2) "How Paper Responds To..."
PAUL NELSON (1)
PAUL NELSON (2) Poems
SIMONE NIEWEG
RENO ODLIN
ANITA PAIN
CHRISTINE PIOT
FRANCOIS RISTORI (1)
FRANCOIS RISTORI (2) Proposition-peinture
BARBARA ROSE interview Carl Andre
MARIANNE SCHARN (1)
MARIANNE SCHARN (2) A Correspondence with Carl Andre
MICHAEL H SHAMBERG
EIJI SUZUE (1)
EIJI SUZUE (2) Fragments de "L'Éclair de Paris"
RYO TAKAHASHI (1)
RYO TAKAHASHI (2) Écrits d'expositions
 

TURTLE SALON MICHAEL H SHAMBERG : ETEL ADNAN * CARL ANDRE * ARLT * GWENAËLLE AUBRY *JOHN BALDESSARI * CYNTHIA BEATT * CATHERINE BELKHODJA * ANGELICA BERGAMINI * VICTORIA BERGSMAN * MICHEL BERNHEIM * JEAN-CHARLES BLANC * MANON BLANC * ANNA BLESSMANN * SYLVIE BONNOT * ROBERT BREER * ALISON CARTER * ROSEMARIE CASTORO * MARC CHOLODENKO * INGER CHRISTENSEN * JEM COHEN *COLLA VOCE * COLLEEN * ANNA CORBERA * WYNN DAN * PETER DAVIDSON * PHILIPPE DECOUFLÉ * JÉROME DESBORDES * ARPAD DOBRIBAN * ISABELLE DOYEN * BETH EISEN * FOUAD ELKOURI * ILDIKO ENYEDI * ANNA FAROQHI * SIMONE FATTAL * FRANCINE FLANDRIN * HOLLIS FRAMPTON * BENOIT GOLLETY * DAVID GORDON * JOANNA HADJITHOMAS & KHALIL JOREIGE * LARRY HAGER * EMILY HARDINGER * NICOLE HASSLER * ANNA HEIDENHAIN * ELMAR HERMANN * RICHARD HESLOP *ROBERT HUOT * ANNABELLE D'HUART * ROBERT HUNTER * DEREK JARMAN * MARIE-FRANCE JEAN * ALEXEI KALEINA & CRAIG MACNEILL * ELIZABETH KAROLYI * DARIUS KHONDJI * BEEBAN KIDRON * CAROL KINNE * MARTINA KLEIN * HAIK KOCHARIAN * NADINE DE KŒNIGSWARTER * LEONARD KOGAN * NADIA KOSSIAKOV * MELISSA KRETSCHMER * LOUISE LAWLER * LUCAS L’HERMITTE * ISILD LE BESCO * RITA MCBRIDE * JAMES MACKAY * OLA MANANA * CHRIS MARKER * JULIAN MEREUTA * MARIA MORGANTI * KIRSTEN MOSHER * CAROLE NAGGAR * HELGA NATZ * JUDITH NELSON * PAUL NELSON * RENO ODLIN * MELODIE OWEN * ANITA PAIN * KARINA PANIOUCHKINA * ANN PIBAL * GABRIELE PORTA * MARTINA RADWAN * ARTHUR RUSSEL * MALCOM RICHARDSON * NED RICHARDSON * FRANÇOIS RISTORI * EMMANUELLE RIVA * KATIA ROESSEL * ALICE ROLAND * PETER SAVILLE * KIM SCHOENSTADT * MICHAEL H SHAMBERG * LAURIE SIMMONS * ALI SMITH * MALIN STÅHL * EIJI SUZUE * RYO TAKAHASHI * SUSANNA THORNTON * RICHARD TOBIAS * ALEXIA TURLIN * MAKI UMEHARA * MICHEL VIEILLARD-BARON * LAWRENCE WEINER * PHILIP WIEGARD * ILA WINGEN * MATT WOLF * SUE WRBICAN
18 janvier - 26 février 2011


Turtle un salon anarchique, un réseau ouvert et chaotique d’idées, de gens, de projets, d’évènements et de lieux divers mais interconnectés.

 

(voir programme plus bas / see program below)


TURTLE SALON  MICHAEL H SHAMBERG  


GALERIE ARNAUD LEFEBVRE 

18 JANVIER - 26 FÉVRIER 2011

MARDI-SAMEDI: 10H30-12H30


GALERIE IVANA DE GAVARDIE

10 RUE DES BEAUX-ARTS

75006 PARIS

10 FÉVRIER - 26 FÉVRIER 2011

MARDI-SAMEDI: 14H30-18H30


 

ETEL ADNAN * CARL ANDRE * ARLT * GWENAËLLE AUBRY *JOHN BALDESSARI * CYNTHIA BEATT * CATHERINE BELKHODJA * ANGELICA BERGAMINI * VICTORIA BERGSMAN * MICHEL BERNHEIM * JEAN-CHARLES BLANC * MANON BLANC * ANNA BLESSMANN * SYLVIE BONNOT * ROBERT BREER * ALISON CARTER * ROSEMARIE CASTORO * MARC CHOLODENKO * INGER CHRISTENSEN * JEM COHEN *COLLA VOCE * COLLEEN * ANNA CORBERA * WYNN DAN * PETER DAVIDSON * PHILIPPE DECOUFLÉ * JÉROME DESBORDES * ARPAD DOBRIBAN * ISABELLE DOYEN * BETH EISEN * FOUAD ELKOURI * ILDIKO ENYEDI * ANNA FAROQHI * SIMONE FATTAL * FRANCINE FLANDRIN  * HOLLIS FRAMPTON * BENOIT GOLLETY * DAVID GORDON * JOANNA HADJITHOMAS & KHALIL JOREIGE * LARRY HAGER * EMILY HARDINGER * NICOLE HASSLER * ANNA HEIDENHAIN * ELMAR HERMANN * RICHARD HESLOP *ROBERT HUOT * ANNABELLE D'HUART * ROBERT HUNTER * DEREK JARMAN * MARIE-FRANCE JEAN * ALEXEI KALEINA & CRAIG MACNEILL * ELIZABETH KAROLYI * DARIUS KHONDJIBEEBAN KIDRON * CAROL KINNE * MARTINA KLEIN * HAIK KOCHARIAN * NADINE DE KŒNIGSWARTER * LEONARD KOGAN * NADIA KOSSIAKOV * MELISSA KRETSCHMER * LOUISE LAWLER * LUCAS L’HERMITTE * ISILD LE BESCO * RITA MCBRIDE * JAMES MACKAY * OLA MANANA * CHRIS MARKER * JULIAN MEREUTA * MARIA MORGANTI * KIRSTEN MOSHER * CAROLE NAGGAR * HELGA NATZ * JUDITH NELSON * PAUL NELSON * RENO ODLIN * MELODIE OWEN * ANITA PAIN * KARINA PANIOUCHKINA * ANN PIBAL * GABRIELE PORTA * MARTINA RADWAN * ARTHUR RUSSEL * MALCOM RICHARDSON * NED RICHARDSON * FRANÇOIS RISTORI * EMMANUELLE RIVA * KATIA ROESSEL * ALICE ROLAND * PETER SAVILLE * KIM SCHOENSTADT *  MICHAEL H SHAMBERG * LAURIE SIMMONS * ALI SMITH * Malin Ståhl * EIJI SUZUE * RYO TAKAHASHI * SUSANNA THORNTON * RICHARD TOBIAS * ALEXIA TURLIN * MAKI UMEHARA * MICHEL VIEILLARD-BARON * LAWRENCE WEINER * PHILIP WIEGARD * ILA WINGEN * MATT WOLF * SUE WRBICAN



Samedi 26 FEV


14H/2PM  galerie Arnaud Lefebvre

PAUL NELSON lecture poésie par Larry Hager

"Turtle", "Turtle in French", "Snapper" (Eng./fr.)


DAVID GORDON lecture poésie par Larry Hager

"Kneel-Worthy Lady" (Eng/fr.)


EIJI SUZUE lecture poésie par Arnaud Lefebvre "Mitochondries"(dédié à Michael H Shamberg), "Allure douce"



KATIA ROESSEL lecture poésie

quatre poèmes tirés des "yeux bandés", éditions mémoire vivante 2010

wettin, RÖCKEN, gold / D'OR, matt und klamm / mat et escarpé

17H30/5:30PM galerie Ivana de Gavardie


PATTES DE DEUX, court-métrage, 2011, 10'.

Avec Maroussia Vossen et Djaleng de Paleodia

Réalisation: Laurence Braunberger, Antoine Miserey, Etienne Sandrin, Maroussia Vossen

Musique: Mauro Coceano - Montage: Véronique Lindenberg

Dédié à Chris Marker, "Pattes de deux" est une partition pour caméra, chat et danseuse, tourné en noir et blanc. Le film s'est construit sur la rigueur de la chorégraphie mais aussi sur la difficulté de diriger un animal, pour mettre en forme ce rêve improbable: danser avec un chat.

Dedicated to Chris Marker, “Pattes de deux” is a score for a camera, a cat and a woman dancer shot in black and white. The film was built on the rigour of the choreography but also on the difficulty to direct an animal, to give shape to this improbable dream: to dance with a cat.


18H/6PM

MICHAEL H SHAMBERG film Souvenir, 1998, 78 min. à

"What makes the film extraordinary is the stream-of-consciousness editing, which seamlessly integrates episodes from Orlando’s life with an imagined conversation with her brother (voiced by Christina Ricci and Adam Hann-Byrd) and with larger reflections on the family, the city, the impact of leaving home and the gap between dreaming something up and actually making it. The intricate structure and multi-layered images pick up nuances as the film goes along, gradually finessing a real emotional coup. In getting inside the mind of this vaguely self-pitying woman, Shamberg succeeds in saying something about the persistence of memory that feels awfully true."— Tony Rayns

 Ce qui rend le film extraordinaire est le montage en flux de conscience, qui assemble de façon fluide les épisodes de la vie d'Orlando avec une conversation imaginaire qu'elle tient avec son frère (avec les voix de Christina Ricci et Adam Hann-Byrd) et de plus amples réflexions sur la famille, la ville, les répercussions sur la vie quand on quitte la maison et le décalage qui existe entre le fait de rêver une chose et la faire vraiment. La structure complexe et le sens multiple des images soulignent les nuances tout au long du film et aboutissent en finesse sur un choc émotionnel réel. En pénétrant dans le mental de cette femme qui s'apitoie quelque peu sur elle-même, Shamberg nous dit quelque chose que nous ressentons comme terriblement vrai sur la persistance de la mémoire.


19H30/7:30PM

COLLA VOCE (Karina Paniouchkina, soprano et Jérôme Desbordes, violoncelle)

Le duo fera entendre six improvisations sur des textes de la poétesse latine Sulpicia. Il poursuivra par une choix de pièces, traversant les styles et les langues: romances russes, chanson Yiddish, jazz, tango, bossa nova...

The duet will perform six improvisations on texts by the latin poetess Sulpicia. And will continue with a selection of various pieces that goes through styles and languages: russian romances, a yiddish song, jazz, tango, bossa nova...



Vendredi 25 FEV Galerie Ivana de Gavardie

à partir de 14H30/from 2:30PM on

MICHAEL H SHAMBERG film p.s. beirut, chapter 1, 2008, 7:11 min, (montré en boucle / screened on a loop)

a bricolage of scars, traces of repair, iconic meditations on the other side of war — MHS

Un bricolage de cicatrices, de traces de réparation, de méditations iconiques sur l'autre côté de la guerre.

This being said saw P.S.-Beirut at long last. In many respects beautiful and puzzling. A feeling that I was just getting a taste of something , IE that it felt more like an intro cut short than a p.s., the first lines of a letter more than a line at the end of a letter. I was charmed and frustrated by the linearity of  what I was seeing as if the echos and redundancies had not yet had the time to construct themselves and play.
Was very intrigued though by this idea/promise of a film composed as postscript to a letter one would have never had the possibility to read. Post scripts are brief by nature and they can be a variety of things: an echo of the "thing" they are posted after; the reparation of an omission; something that spins the previous pages in a different direction altogether; a second look at/a post mortem of what preceded it.  
In short I was interested.  When will chapter 2 appear and what was in Walter's suitcase?
Yours,
Jean-Pierre Gorin

 

Cela dit ai fini par voir P.S. BEIRUT enfin. À bien des égards beau et déconcertant. Un sentiment que je ne faisais qu’avoir le goût de quelque chose, c-à-d qu’il a plus l’air d’une intro raccourcie que d’un p.s., des premières lignes d’une lettre plus  que d’une ligne à la fin d’une lettre. J’ai été charmé et frustré par la linéarité de ce que je voyais comme si les échos et redondances n’avaient pas encore eu le temps de se construire et de jouer.

Ai été très intrigué cependant par cette idée/promesse d’un film composé comme un postscriptum à une lettre que l’on aurait jamais eu la possibilité de lire. Les postscriptum sont brefs par nature et ils peuvent être un tas de choses : un écho de la « chose » après laquelle ils sont placés ; la réparation d’une omission ; quelque chose qui oriente les pages précédentes dans une direction complètement différente ; un deuxième regard à/un post mortem de ce qui l’a précédé.

En bref ça m’a intéressé. Quand est-ce que le chapitre 2 va sortir et qu’est-ce qu’il y avait dans la valise de Walter ?

Bien à toi,

Jean-Pierre Gorin


17H30/5:30PM (sous réserve)

JEM COHEN film The Lost Book Found, 1996, 37 min.

inspired by Walter Benjamin. a poetical and political circumnavigation in New York City and New York people. "And as I became invisible I started to see things that at once's been invisible to me."

inspiré par Walter Benjamin. une circumnavigation poétique et politique dans la ville et les gens de New York. "Et tandis que je devenais invisible je me suis mis à voir des choses qui tout d'abord avait été invisibles pour moi."

18H15/6:15PM

DEREK JARMAN film Blue, 1993, 79 min.

Considéré comme son testament de cinéaste (Derek Jarman est décédé du sida en 1994) , consistant en un plan unique de couleur bleue saturée qui remplit l’écran, comme arrière-plan à une bande son où la narration de Jarman et de quelques-uns de ses acteurs favoris décrivent sa vie et la vision qu’il en avait. Avec les voix de John Quentin, Nigel Terry, Derek Jarman, Tilda Swinton, et la bande son de Simon Fisher-Turner.

19H30/7:30PM

GWENAËLLE AUBRY lecture

Gwenaëlle Aubry est romancière et philosophe. Chercheur au CNRS, elle enseigne à l'École Normale Supérieure. Elle a été aussi pensionnaire à la Villa Médicis. Elle est l'auteur d'une adaptation radiophonique de La Mort de Virgile d'Hermann Broch, d'essais, de traductions du grec ancien, et de cinq romans qui explorent, à travers les thèmes de la passion amoureuse, de la prison, de la laideur ou encore de la mélancolie, différentes figures du hors-monde et du hors-moi, différentes façons de "rester joint à son trouble". Elle lira des etraits de Personne (Mercure de France) qui a obtenu en 2009, le prix Femina.

Gwenaëlle Aubry is a novelist and a philosopher. She is a researcher at the CNRS Institute and teaches at the École Normale Supérieure. She was also a boarder at the Villa Médicis in Rome. She adapted for the radio Hermann Broch's "The Death of Virgil", wrote essays, translations from ancient Greek, and five novels that explore, through the themes of amorous passion, of prison, of ugliness, or even of melancholy, various characters of the outer world and of the outer self, various ways to "stay attached to one's turmoil" . She will read some excerpts of Personne (Mercure de France) that was awarded the Femina prize in 2009.


Jeudi 24 FEV 19H30/7:30PM galerie Ivana de Gavardie

ARLT concert

Arlt chante à deux: voix d'eau (Eloïse Decazes) et voix de terre (Sing Sing) comme des haikus tournés mantras contrariés.

Leur incandescente austérité fait des trucs.

Toutes les chansons sont des chansons d'amour et Arlt l'a compris qui décline ça sur tous les tons menacés, inquiets, bagarreurs, hésitants, rieurs, étonnés.

Avec pour décor les éboulis de pierre et des accidents d'oiseaux.

Arlt sings with two voices: a water voice (Eloïse Decazes) and an earth voice (Sing Sing) like Haikus turned to thwarted mantras.

Their incandescent austerity does things.

Each song is a love song and Arlt understood that, and declines it on every tone be it threatened, anxious, fighting, hesitant, cheerful, surprised.

And as for settings stone screes and bird accidents.

"Après qoui nous avons ri" , "La Rouille" , "La ville est triste" , "Que se passse-t-il"



Mercredi 23 FEV 19H/7PM Galerie Ivana de Gavardie

LAURA ISRAEL film Windfall, 2010, 82 min.

Synopsis

Wind power… it’s sustainable … it burns no fossil fuels…it produces no air pollution. What’s more, it cuts down dependency on foreign oil. That’s what the people of Meredith, in upstate New York first thought when a wind developer looked  to supplement the rural farm town’s failing economy with a farm of their own — that of 40 industrial wind turbines. WINDFALL, Laura Israel’s, feature-length film, documents how this proposal divides Meredith’s residents, as they fight over the future of their community. Attracted at first to the financial incentives that would seemingly boost their dying economy, the townspeople grow increasingly alarmed as they discover the impacts that the 400-foot high windmills slated for Meredith would bring to their community. Beautifully photographed, WINDFALL looks at both sides of wind energy development.

L’énergie du vent…c’est renouvelable…ça ne brûle pas de combustibles fossiles…ça ne produit pas de pollution de l’air. Et qui plus est, ça réduit la dépendance sur le pétrole étranger. C’est ce que les gens de Meredith, dans le nord de l’État de New York pensaient en premier quand un promoteur d’éoliennes chercha à augmenter l’économie déprimée de la ville de fermes rurales avec une ferme à eux — celle de 40 turbines à vent industrielles. WINDFALL, le long métrage de Laura Israel, documente la façon dont cette proposition divise les habitants de Meredith, alors qu’ils luttent pour le future de leur communauté. Attirés d’abord par les motivations financiers qui apparemment relanceraient leur économie périssante, les gens de la ville se sont peu à peu alarmés de découvrir les conséquences que les éoliennes de 12 m de haut designées pour Meredith auraient sur leur communauté. Avec une très belle photographie, WINDFALL considère les deux côtés du développement de l’énergie à vent.  

 

WINDFALL director Laura Israel grew up in New Jersey and after earning a degree in film from NYU, she edited music videos for Lou Reed, Keith Richards, David Byrne, New Order, Patti Smith, Ziggy Marley, Sonic Youth and many others.

Laura has worked as photographer/filmmaker Robert Frank’s editor for nearly two decades, and the films have screened all over the world and won several awards.  She also edited Stephanie Black’s feature documentary AFRICA UNITE, LIFE FOR A CHILD directed by Academy Award nominated DP Ed Lachman and MUSIC OF REGRET by photographer Laurie Simmons.

Laura’s editing credits include many award winning advertising and television promo campaigns.  WINDFALL is Laura Israel’s first feature film as director.

La réalisatrice de WINDFALL Laura Israel a passé son enfance dans le New Jersey et après un diplôme de film à la New-York University, elle a fait le montage de vidéos musicales pour Lou Reed, Keith Richards, Davyd Byrne, New Order, Patti Smith, Ziggy Marley, Sonic Youth et beaucoup d’autres.

Laura a travaillé comme monteuse pour le photographe/cinéaste Robert Frank pendant près de 20 ans, et les films ont été projetés partout dans le monde et ont remporté plusieurs récompenses. Elle a aussi fait le montage du documentaire long métrage AFRICA UNITE de Stephanie Black, de LIFE FOR A CHILD réalisé par le nominé à l’Academy Awards (directeur de la photographie) Ed Lachman et de MUSIC OF REGRET de la photographe Laurie Simmons.

Laura a fait le montage notamment de nombreuses campagnes de promotion de publicité et de télévision qui ont gagné des prix. WINDFALL est le premier long métrage de Laura Israel en tant que réalistarice.


Mardi 22 FEV 19H galerie Ivana de Gavardie

I think I knew Richard through Tilda Swinton. I knew his special SINEAD O'CONNOR video just a head shot NOTHING COMPARES TO YOU BUT I just looked up and found John Maybury director. So i am wrong. John worked with Derek Jarman as well is the Director of Photography on New Order's WORLD.  Now I believe I showed some of Richard's  films at first turtle. Before all this I was working with a director Barney liked on FINE TIME and he had a good idea, kind of Warhol, but he could not pull it off. I had to stop the production. He didn't like the song at all I learned and I went to Richard with a low budget because we spent some already and he had to work fast.

It was his girlfriend in it in an outfit and a friend with a kid and a dog. it was fun to shoot. it came in on budget and time and we were all happy. I used the Warhol idea with Paula Grief who did a lot of big videos and Laura Israel edited and worked with her and that is when we met. ROUND AND ROUND is the video and  there is other edit with the first woman was filmed for the whole video with the same edit inserts in it and it is wonderful. The one you can see here has the last Afro woman not sad and I do not know  how it replaced it it ruins it for me. It was fun to make and Tony Wilson was sad to not have the last Blonde woman's talking not heard. We did not record it.
I have stayed in touch with Richard and that is special and hard to explain. I cannot tell you our life but it is special

Michael H Shamberg (21 Feb. 2011)

Je pense que j'ai connu Richard par Tilda Swinton. Je connaissais sa vidéo spéciale SINEAD O'CONNOR juste un essai en avant de NOTHING COMPARES TO YOU mais je viens juste de chercher et de trouver John Maybury comme réalisateur. Donc je me trompe. John a travaillé avec Derek Jarman également est le directeur de la photographie sur le WORLD de New Order. Maintenant je crois que j'ai montré quelques films de Richard au premier turtle. Avant tout cela je travaillais avec un réalisateur que Barney aimait sur FINE TIME et il avait une bonne idée, genre Warhol, mais il ne pouvait pas la réussir. J'ai dû arrêter la production. J'ai appris qu'il n'aimait pas du tout la chanson, et je suis allé voir Richard avec un petit budget parce qu'on en avait déjà dépensé et il devait travailler vite. C'était sa petite amie dedans, dans un accoutrement et un ami avec un enfant et un chien. On s'est bien amusé à filmer. C'est rentré dans le budget et dans les temps et nous étions tous contents. J'ai utilisé l'idée Warhol avec Paula Grief qui a fait beaucoup de grosses vidéos et Laura Israel a fait le montage et travaillé avec elle et c'est là qu'on s'est rencontrés. ROUND AND ROUND est la vidéo et il y a d'autres montages (éditions) avec la première femme qui était filmée pendant toute la vidéo avec les mêmes inserts de montage dedans et c'est merveilleux. Celui que tu peux voir ici a la dernière femme Afro pas triste et je ne sais pas comment ça l'a remplacé ça le ruine pour moi. C'était amusant à faire et Tony Wilson était triste de ne pas avoir la dernière femme blonde parlant que l'on entend pas. Nous ne l'avons pas enregistré. Je suis resté en contact avec Richard et c'est spécial et dur à expliquer. Je ne peux pas te dire nos vies mais c'est spécial.

RICHARD HESLOP film Coastal Currents, 2008, 27 min.

COASTAL CURRENTS was a documentary i made ABOUT An arts festival here in Hastings a few years ago...there is a long and short version depending how long you want....it may not be relevant ...but it looks nice....

Coastal Currents était un documentaire que j’ai fait sur un festival d’art ici à Hastings il y a quelques années…il y a une version longue et une version courte en fonction de ce que vous voulez…il peut être hors-sujet…mais il est chouette…

RICHARD HESLOP film Floating, 1992, 40 min.

FLOATING is a 40 minute narrative film which won the canal plus award at Cannes in 1992 for best short film at the Cannes film festival, its the Noahs ark story set in a tower block in londons east end.

Floating est un film narratif de 40 minutes qui a gagné le  prix canal plus à Cannes en 1992 du meilleur court métrage au festival de Cannes, c’est l’histoire de l’arche de Noé placée dans une tour d’habitation dans l’east end de Londres.

RICHARD HESLOP film The Child and the Saw, 1984, 23 min.

THE CHILD AND THE SAW Is a graduation film i made in 1984...its a surreal fairytale..

The Child and The Saw est un film de diplôme que j’ai fait en 1984…c’est un conte de fée surréel…

RICHARD HESLOP film Procar, 1990, 19 min.

PROCAR is a short film i made to accompany a live performance with the car ensemble of the Netherlands , its an old piece...

Procar est un film court que j’ai fait pour accompagner une performance live avec l’ensemle de voitures de the Netherlands, c’est une vieille pièce.…


Vendredi 18 FEV 18H galerie Ivana de Gavardie

ILDIKO ENYEDI film Winter War, 1991, 40 min.

In the frames of an event  connected also with experimental and media art perhaps Winter War (a film with seven little tales) can have a place too. It won several prizes as well (Mediawave, Győr (1991) – Grand Prix
Potsdam (1992) – Grand Prix)

ILDIKO ENYEDI film First Love, 18 min.

ALEXEI KALEINA & CRAIG MACNEILL film The Afterlight, 2009, 87 min.

Short Synopsis : A young couple moves into an old schoolhouse on a desolate stretch of a farm country . Hoping for a new beginning, their lives are instead drawn toward dark and unforseen ends.

Un jeune couple emménage dans une vieille école dans une étendue désolée de campagne. Espérant un nouveau commencement, leurs vies sont à la place entrainées vers des fins sombres et imprévues.

A Statement from Alexei Kaleina and CraigMacneill 

“The Afterlight” was inspired by an abandonned farm we discovered on a stretch of wilderness in upstate New York. The farm, as well as the surrounding countryside, had a poignant sense of something forgotten and stuck in time. It is a landscape that is defined as much by its emotional resonance as by its dramatic physical appearance. Since we are  from the Northeast, we know this area well. We wanted to make a film in which the feelings these settings elicit in us could be explored through the perspective of characters that arrive there as outsiders and witness them for the first time. We wanted to revisit these places as strangers, as our characters do. Above all, we sought to create a film in which the expressive landscape could be used to mirror and amplify the character’s emotions, serving as an integral part in the telling of the story.

« The Afterlight » s’est inspiré d’une ferme abandonnée que nous avons découverte sur une étendue de terre sauvage dans le nord de l’État de New York. La ferme, aussi bien que la campagne avoisinante, avait un sens poignant de quelque chose d’oublié et de figé dans le temps. C’est un paysage qui est défini autant par sa résonance émotionnelle que par son apparence physique dramatique. Puisque nous sommes du nord-est,  nous connaissons bien cette région. Nous voulions faire un film dans lequel le sentiment que ces lieux évoque en nous pouvait être exploré à travers la perspective des personnages qui arrivent là  venant d’ailleurs et en témoignent pour la première fois. Nous voulions revisiter ces endroits comme étrangers, comme nos personnages le font. Par-dessus tout, nous aspirions à créer un film dans lequel le paysage expressif pouvait servir de miroir et amplifier l’émotion des personnages, faisant intégralement partie du déroulement de l’histoire. » Alexei Kaleina and CraigMacneill


Mercredi 16 FEV 19h30 galerie Ivana de Gavardie

MICHEL VIEILLARD-BARON lecture de poésie japonaise classique (waka fr./jap.)

Michel Vieillard-Baron lira — en langue originale et en français — vingt poèmes japonais anciens. Il s'agit de pièces représentatives du genre poétique appelé "waka", considéré comme le plus prestigieux du dixième au quinzième siècle.

Ces pièces sont extraites d'un manuscrit précieux conservé dans le fonds de la bibliothèque du musée Guimet dont il prépare la traduction intégrale. Des photos du manuscrit seront également montrées.

CATHERINE BELKHODJA lecture poésie japonaise 

Je présenterai un kasen, un jusanbtsu, un ninjun ayant pour titres rock naissance, le cri de mata, poche des eaux rompues. des oeuvres graphiques accompagneront...


Vendredi 11 FEV 19h galerie Ivana de Gavardie

ANNA FAROQHI Altagsvariationen

Filme in Zeichnungen und Titeltafeln von Anna Faroqhi. Zwei filme über Spaziergänge und Häuser in Neuköllns sowie über die Unsichtbaren von Geschichte. 1) Films That Could Not Be (8'01") 2) Dreaming Up Films (7'01")

Deux films sur des promenades et des maisons à Neukölln de même que sur l'invisibilité de l'histoire

NICOLE HASSLER vidéo Wannsee

Nicole Hassler made this video at the Wansee using a model that sits in various beech cabins. It is painting in motion.

CYNTHIA BEATT film The Invisible Frame, 2009, 60 min

(on loan by the Filmgalerie 451: http://www.invisible-frame.com)

"Tilda Swinton’s discrete and yet intense performance, her trenchant reflections that elude rigid thought patterns and unfurl in a moment of poetic freedom, allow the audience associative space and enables them to re-consider and newly perceive the disappearance of the Wall. The filmic shots attain an almost haptic quality through the interplay of the world of images created by static camera and fluid travelling shots with the sound wall that congenially underlies the original sound, allowing the audience to sense the tangible pleasure of this motion through the open landscape – and thus conveys how very much Berlin has changed."

La performance discrète et cependant intense de Tilda Swinton, ses réflexions tranchantes qui éludent les modèles de pensée rigides et se déploient dans un moment de liberté poétique, permettent aux spectateurs un espace associatif et leurs donnent la possibilité de reconsidérer et de percevoir de façon nouvelle la disparition du Mur. Les prises filmiques atteignent une qualité presque tactiles à travers l’interaction du monde des images crée par la caméra statique et les prises de travelling fluides avec le son du mur qui sous-tendent agréablement le son original, permettant aux public de sentir le plaisir tangible de ce mouvement à travers le paysage ouvert ­— et ainsi transmet jusqu’à quel point Berlin a changé

—Angelika Ramlow.


Jeudi 10 FEV 18h galerie Ivana de Gavardie & galerie arnaud lefebvre

FRANCINE FLANDRIN performance Poser un lapin

avec la complicité de Marie Sochor et Paul-Louis Flandrin.

NICOLE HASSLER vidéo Otage

Le temps de se vernir les ongles des deux mains, une prise d'otage réelle a eu lieu.


22 JAN
ALICE ROLAND lecture à 14h00 / 2pm

JULIAN MEREUTA web performance
ISABELLE DOYEN intervention 18h / 6pm

CHRIS MARKER film La Jetée, 1962, 28 min

CATHERINE BELKHODJA, lecture Turtle Turtle with Tututhen at galerie Ivana de Gavardie, 10 rue des Beaux-Arts 75006 Paris à 20 h / at 8pm:

HOLLIS FRAMPTON film Nostalgia, 1971, 38:21 min

ROBERT HUOT & CAROL KINNE 4 Carols +

RICHARD HESLOP film Cows, 17min.

then back at galerie Arnaud Lefebvre à 21 h / 9pm:

FRANCINE FLANDRIN performance un souper louche (“dinner party”)
ROBERT HUOT cd The Chameleons

 

21 JAN
ALISON CARTER audio piece à 18h / 6pm
MICHAEL H SHAMBERG films Tribeca with A Certain Ratio, 1981 ; Temptation (New Order), 2005;p.s. beirut chapter 1, 2008, 7:11 min

EMMANUELLE RIVA lecture d'Alice Roland à 19h / 7pm

vidéo de Gaëlle Bourges

vidéo de Jean-Charles Blanc


MICHEL BERNHEIM intervention

 

20 JAN
INGER CHRISTENSEN cd Butterfly Valley, poésie, 12:07 min à 19h / 7pm

KATIA ROESSEL film Le Giron, 2010, 16:04 min
MALIN STÅHL film We Didn't Say No, 10:23 min, 2008

ROSEMARIE CASTORO performance

 

19 JAN
BEEBAN KIDRON film sex death and the gods, 2010, 72 min à 18h / 6pm
JULIAN MEREUTA film Landing, 2008, 6 min
ANNA FAROQHI films Pieme Pahite, 2009, 18 min

 

18 JAN
MICHAEL H SHAMBERG films vidéo clips (New Order, Patti Smith); p.s. beirut chapter 1, 2008, 7:11 min à 18h / 6pm
ETEL ADNAN lecture poésie à 19h / 7pm

 

 

 

GALERIE ARNAUD LEFEBVRE 30 RUE MAZARINE 75006 PARIS TEL. :+33 (0) 1 43 26 50 67/+33(0)6 81 33 46 94 http://galeriearnaudlefebvre.com

 

 

 

Exhibit Images


turtle salon "Pattes de deux" 26 fév 2011




turtle salon Michael H Shamberg "Souvenir" 26.2.11




turtle salon Jérôme Desbordes 26 fév 2011




turtle salon Colla Voce (Karina Paniouchkina et Jéröme Desbordes) 26 fév 2011




turtle salon Arthur Russel, Renée Ristori 25 fév 2011




turtle salon Matt Wolf "Wild Combination A Portrait of Arthur Russel" 25 fév 2011




turtle salon Derek Jarman "Blue" 25 fév 2011




turtle salon Gwenaëlle Aubry 25 fév. 2011




turtle salon Arlt 24 fév 2011




turtle salon Arlt 24 fév 2011




turtle salon Laura Israel 23 fév 2011




turtle salon Laura Israel 23 fév 2011




"Windfall" still image (photo Laura Israel)




turtle salon Richard Heslop 22 fév 2011




turtle salon Richard Heslop "Floating" 22 fév 2011




turtle salon Richard Heslop "The Child and the Saw" 22 fév 2011




turtle salon Ildiko Enyedi "Winter War" 18 fév. 2011




turtle salon Alexei Kaleina & Craig McNeill "The Afterlight" 18 fév. 2011




turtle salon Francine Flandrin "poser un lapin" 10 fév. 2011




turtle salon Francine Flandrin "poser un lapin" 10 fév. 2011
photo Nicole Hassler




turtle salon Francine Flandrin "poser un lapin" 10 fév. 2011
photo Caroline Bousbib




turtle 2 Michel Bernheim




turtle salon Anna Faroqhi "Altagsvariationen" 11 fév. 2011




turtle salon Nicole Hassler "Wannsee" 11 fév. 2011




turtle salon Cynthia Beatt "The Invisible Frame" 11 fév. 2011

“There is of course a reason for the 'rush' of Cycling the Frame, which in part reflects the fact that I had to shoot with a TV team, starting at 9am and ending at 5pm for 10 days (driving from one place to another along a 160 km stretch with lakes in between). The film could only be 25 (ended up 27) minutes long. I was just lucky to have a wonderful cameraman who agreed to what I wanted and a great Citroen convertible with driver for the travelling shots. I had to fight for all the rest. The Invisible Frame then is the sum of what I have learnt in 20 years (as Tilda says at the start of the film) about life and filmmaking, having a good producer & TV producer, my own film team and editor, 21 days of filming with longs days and evenings, and 3 months editing. Probably an essential difference is also that in 1988 we were so heated up and longing for things to happen, whereas now we've become a little more meditative and appreciative of learning and idleness (in the sense of Robert Louis Stevenson's "An Apology for Idlers"). Of course, it must be said, we were idle in a way then that is barely conceivable now and I am still longing for things to happen - revolution in many forms!”
Cyhnthia Beatt, Feb. 16, 2011

Il y a bien sûr une raison pour ‘la précipitation’ de Cycling the Frame, qui reflète en partie le fait que je devais filmer avec une équipe TV, en commençant à 9 h du matin et en finissant à 5 h du soir pendant 10 jours (en conduisant d’un endroit à un autre le long des 160 km d’étendue avec des lacs entre). Le film ne pouvait durer que 25 minutes de long (finit à la 27e). J’avais assez de chance d’avoir un merveilleux caméraman qui était d’accord pour ce que je voulais et une super Citroën convertible avec un chauffeur pour les travellings. J’ai dû me battre pour tout le reste. The Invisible Frame donc est la somme de ce que j’ai appris en 20 ans (comme le dit Tilda au début du film) sur la vie et le tournage de films, en ayant un bon producteur et producteur TV, ma propre équipe de film et monteur, 21 jours de film avec des longues journées et soirées, et 3 mois pour le montage. Probablement une différence essentielle est aussi qu’en 1988 nous étions si passionnés et pleins de désir que des choses arrivent, alors que maintenant nous sommes devenus un peu plus méditatifs et apprécions plus d’apprendre et de ne rien faire (au sens d’ "Une Apologie des oisifs" de Robert Louis Stevenson). Bien sûr, il faut dire que nous étions oisifs alors d’une façon qu’on a peine à imaginer maintenant et j’espère toujours vivement que des choses arrivent — révolution sous de nombreuses formes !




turtle salon Francine Flandrin 22 jan 2011




turtle salon Alice Roland 22 jan 2011




turtle salon Katia Roessel "le giron" 19 jan 2011




turtle salon Beeban Kidron "sex death and the gods" 19 jan 2011




turtle salon Etel Adnan 18 Jan. 2011




Turtle salon Etel Adnan 18 janv 2011 (photo Jean-Charles Blanc)




turtle 2 galerie Ivana de Gavardie
Colleen, Eloïse Decazes (Arlt), Michael H Shamberg




turtle 2




turtle 2 Kim Schoenstadt, Nicole Hassler, Louise Lawler




turtle show Jérôme Desbordes




turtle show galerie Ivana de Gavardie




turtle show Leonard Kogan, Michael H Shamberg, Sylvie Bonnot, Gabriele Porta, Susanna Thornton, Judith Nelson, Melodie Owen




turtle show Leonard Kogan, Michael H Shamberg




turtle show François Ristori , Michael H Shamberg, Melodie Owen, Sue Wrbican, Ila Wingen, Peter Davidson, Kirsten Mosher, Leonard Kogan, Sylvie Bonnot, Alexia Turlin, Susanna Thornton




turtle show François Ristori, Alexia Turlin, Michael H Shamberg, Susanna Thornton, Sylvie Bonnot, Melodie Owen, Carole Naggar, Marc Cholodenko, Annabelle d'Huart




turtle 2 Carole Naggar




turtle 2 Michael H Shamberg (Peter Saville, Lawrence Weiner, John Baldessari) Cynthia Beatt, Robert Huot, Kim Schoensatdt




turtle show Jérôme Desbordes




turtle 2 Kim Schoenstadt Fax Drawing




turtle 2 Nicole Hassler HL 709 CALL MY M-AGENT-A




turtle 2 Louise Lawler "Once There Was A Little Boy And Everything Turned Out Alright"




turtle 2 Louise Lawler




turtle 2 Catherine Belkhodja, Francine Flandrin




Nicole Hassler “Wannsee"




turtle show Catherine Belkhodja




turtle show Catherine Belkhodja




turtle show Lawrence Weiner




turtle show Lawrence Weiner




turtle show
Jean-Charles Blanc, Ola Manana, Beth Eisen, Susanna Thornton, Joanna Hadjithomas & Khalil Joreige, Simone Fattal, Anita Pain




turtle show
Lawrence Weiner, Philippe Decouflé, Susanna Thornton, Ann Pibal




turtle show Philippe Decouflé




turtle show
John Baldessari




turtle show
Ali Smith




turtle show
web-performance Julian Mereuta & Carole Naggar & Katia Roessel & Ned Richardson & Eiji Suzue & Catherine Belkhodja & Michael H Shamberg & David Gordon




turtle show
Beth Eisen




turtle show
Peter Saville, Isilde Le Besco, Haik Kocharian, Hollis Frampton, Rita McBride, Etel Adnan, Robert Breer, Richard Toias, Jean-Luc Blanc, Philip Wiegard, Ola Manana




turtle show
Jean-Charles Blanc, Philip Wiegard




turtle show
Inger Christensen, Peter Saville, Isild Le Besco, Haik Kocharian




turtle show
Isild Le Besco, Hollis Frampton, Rita MacBride, Etel Adnan, Richard Tobias, Manon Blanc




turtle show
aphorisme, Nadine de Koenigswarter, Alison Carter, Inger Christensen




turtle show
Ned Richardson, Laurie Simmons




turtle show
Ned Richardson, Francine Flandrin, Ila Wingen, Carl Andre, Nadine de Koenigswarter, Alison Carter, Laurie Simmons




turtle show,
Maria Morganti, Melissa Kretschmer, Anna Corbera, Ned Richardson, Francine Flandrin




turtle show Francine Flandrin, Robert Breer, Anna Corbera




turtle show
web-performance Julian Mereuta & al




turtle show
Melissa Kretschmer, Ryo Takahashi, Marie-Fance Jean, Martine Klein, Sylvie Bonnot




turtle show
web-performance Julian Mereuta & Michael H Shamberg & Catherine Belkhodja, Rosemarie Castoro, Anita Pain, Melissa Kretschmer




turtle show
Joanna Hadjithomas & Khalil Joreige, Fouad ElKouri, Victoria Bergsman, Simone Fattal




turtle show
Lawrence Weiner, Elmar Hermann, Luc Vezin




turtle show
Judith Nelson, Anna Heidenhain, Isabelle Doyen




turtle show
Isabelle Doyen




turtle show
Robert Huot




turtle show
Malcom Richardson, Maki Umehara




turtle show
David Gordon




turtle show
Elizabeth Karolyi, Maki Umehara, Maria Morganti, Wynn Dan




turtle show
Lucas L'Hermitte, Lawrence Weiner




turtle show
Lawrence Weiner, Barbara Kruger, Ned Richardson, Helga Natz, Lucas L'Hermitte




turtle show
Benoit Gollety, Helga Natz




turtle show
Robert Huot, John Baldessari, Eiji Suzue




turtle spiral & Angelika Bergamini, Richard Heslop




turtle spiral




turtle show
Richard Heslop, Julian Mereuta