CARL ANDRE
FRANÇOIS BACLESSE Journal de Bopa
STEPHANE BAYARD
SYLVIE BONNOT
BILL BRAND
ALTER CARNOL
ROSEMARIE CASTORO (1)
ROSEMARIE CASTORO (2) Writings
LESLEY FOXCROFT
BENOIT GOLLÉTY
DAVID GORDON (1)
DAVID GORDON (2) Poems
NICOLE HASSLER
HESSIE
ROBERT HUNTER (1)
ROBERT HUNTER (2) Grazia Gun "A Nothing Point"
ROBERT HUOT (1)
ROBERT HUOT Film Information
ROBERT HUOT On the Red Classic Series
MARIE-FRANCE JEAN
CAROL KINNE (1)
CAROL KINNE (2) Notes on Carol Kinne's Paintings
MARTINA KLEIN
MELISSA KRETSCHMER
NADINE DE KŒNIGSWARTER
LUCAS L’HERMITTE
GALERIE A. LEFEBVRE
LUCY LIPPARD "Full of it" sur Robert Huot (trad. fr.)
LUCY R LIPPARD lecture du 26.4.2012
LAURA MARELLO Lecture du 28 juin 2012
KATY MARTIN
JULIAN MEREUTA
THIERRY MIROCHNITCHENKO
CARMENGLORIA MORALES CV
CARMENGLORIA MORALES Textes théoriques années 70-80
MARIA MORGANTI (1)
MARIA MORGANTI (2) Walls of Work on Paper
PIERO MORGANTI Diario di Viaggio Parigi 23-28 ottobre 1992
HELGA NATZ
JUDITH NELSON (1)
JUDITH NELSON (2) "How Paper Responds To..."
PAUL NELSON (1)
PAUL NELSON (2) Poems
SIMONE NIEWEG
RENO ODLIN
ANITA PAIN
CHRISTINE PIOT
DIANA QUINBY
FRANCOIS RISTORI (1)
FRANCOIS RISTORI (2) Proposition-peinture
BARBARA ROSE interview Carl Andre
ANNE SAUSSOIS
MARIANNE SCHARN (1)
MARIANNE SCHARN (2) A Correspondence with Carl Andre
MICHAEL H SHAMBERG
EIJI SUZUE (1)
EIJI SUZUE (2) Fragments de "L'Éclair de Paris"
RYO TAKAHASHI (1)
RYO TAKAHASHI (2) Écrits d'expositions
 

NICOLE HASSLER : "PEINTURES"
15 décembre 2016 - 28 janvier 2017

Depuis plus de 35 ans, Nicole Hassler construit une œuvre de peinture radicale dont la caractéristique est l’utilisation ou l’inspiration de produits cosmétiques. Sa peinture, largement dominée par la monochromie peut se constituer de vernis à ongles, de fonds de teint ou encore de fards à paupières. S’instaure une peinture d’une étonnante autonomie plastique qui invente une forme de classicisme issue des codes d’une activité basée sur l’éphémère.

 

Pour sa nouvelle exposition à la galerie Arnaud Lefebvre, Nicole Hassler a choisi de montrer trois séries de travaux :

 

Une déclinaison de peintures acryliques mates de forme rectangulaire, dont la composition chromatique est directement inspirée des palettes de poudriers d’une grande marque japonaise (pour les pièces de 2015), et des palettes de blush d’une grande marque française (pour les pièces de 2016). S’y succède toute une variation de teintes correspondant aux tendances portées par l’industrie cosmétique.

 

La deuxième série est composée de trois tondos reproduisant les poudriers dits « Météorites », commercialisés par une grande marque française. La surface est composée de zones de cinq teintes différentes régulièrement distribuées. Ici, le mimétisme du poudrier, décelable dans la composition chromatique, est renforcé par la forme même de l’objet.

 

Enfin, la dernière série présente deux peintures acryliques mates sur aluminium de grand format. Ici, Nicole Hassler procède à un recouvrement total de la surface par gouttes de peintures juxtaposées. Ses deux « Météorites Nuit » et « Météorites Voyage » déclinent chacun cinq couleurs différentes.

 

 

En effet, en prenant à bras-le-corps (c’est le cas de le dire) la médiation couleur/corporéité vivante, Nicole Hassler transforme en peinture la couleur que l’humain — en premier lieu la femme — met sur son corps pour mettre en évidence certains de ses traits, pour en cacher les imperfections ou tout simplement pour l’embellir. (…) Mais la réflexion sur cette médiation est encore conduite plus loin. Au lieu d’utiliser le corps humain comme medium artistique, Nicole Hassler pousse le travail d’abstraction au point d’isoler la “peau-toile” de tout support corporel (et donc objectif) et de créer une tierce-entité qu’est le non-objet de la “couleur chair”.

Alexander Schnell, « Couleur chair », catalogue Nicole Hassler: Works, art&fiction, 2015, p. 110.

 

Pour Nicole Hassler, il est en revanche indispensable d’éviter que se produise la moindre interférence entre la perception immédiate de l’objet et la suggestion parasite d’un espace d’illusion. Paradoxalement en effet, elle doit assumer une parfaite stabilité de la perception de la couleur comme réalité matérielle de la peinture pour faire apparaître, ainsi qu’elle se l’est fixé comme objectif, l’ambivalence de cette perception même.

Maurice Besset, « Noirs de noirs »,  catalogue Nicole Hassler, 1993.


******************


The Arnaud Lefebvre Gallery is very pleased to show recent works by Nicole Hassler.
 
For more than 35 years, Nicole Hassler’s Radical paintings are made up with Cosmetics. Her monochrom works are painted with nail polish, foundation make up or eye shadows. They relate to the Industry of Beauty, the image of Woman and the globalized fashion of Luxury. They produce surprisingly autonomous paintings and invent a kind of Classicism derived from ephemeral codes.
 
As Nicole Hassler says, her 2016 paintings are inspired by shades of compacts or blush for the face, Meteorites of a famous French brand; idem for 2015 paintings, inspired by a japanese brand.



Finissage de l'exposition :
NICOLE HASSLER
PEINTURES
samedi 28 janvier de 15h à 18h
Finissage en sa présence

Artiste plasticienne, Nicole Hassler est peintre et s’inscrit dans un mouvement de peinture radicale. Son medium majeur est la peinture, mais on trouve dans son parcours d’autres techniques telles que la photo, la vidéo et la sculpture. Nicole Hassler s’intéresse à l’artifice, au monde de l’illusion. Elle crée des œuvres qui questionnent les limites instables entre ce qui est considéré comme étant de l’art et ce qui ne l’est pas.  La plasticienne établit un lien sur ce qui détermine la manière dont l’art est reçu et interprété, portant sur les contextes politiques, culturels, et aussi sur les questions de genre. Ses œuvres témoignent à la fois de l’histoire et du discours de l’art contemporain, du néo-féminisme, du consumérisme et de l’industrie.
Pour cette exposition, Nicole Hassler a choisi de montrer une série de peintures récentes empruntée au monde des cosméticiens. En s’appropriant les couleurs que l’on met sur la peau, Hassler revendique le droit à la consommation. Elle fixe les codes de tendance de la mode cosmétique dont les titres évocateurs de ses peintures dévoilent l’identité. Ses œuvres sont régulièrement exposées, principalement en Europe, France, Suisse, Allemagne et aussi aux États-Unis. Nicole Hassler vit et travaille à Genève.
 

Exhibit Images


Nicole Hassler, "Peintures", vue de l'exposition. Photo B. Hatala




(de gauche à droite)
Nicole Hassler
"PK 1", 2015, 50 x 40 cm.
"RS 1", 2015, 50 x 40 cm.
"OR 1", 2015, 50 x 40 cm.
"RU 1", 2015 , 50 x 40 cm.
"SAKURA", 2016, 50 x 40 cm.
"SÉRIE NOIRE", 2016, 50 x 40 cm.
Pigments et acrylique sur Dibond
Photo B. Hatala




(de haut en bas)
Nicole Hassler
"METÉORITES CLAIR", 2016
"METÉORITES DORÉ", 2016
"METÉORITES MEDIUM", 2016
Pigments et acrylique sur Aérolam, Ø 44 cm (avec cadre)
Photo B. Hatala




(de gauche à droite)
Nicole Hassler
"METÉORITES NUIT" (à gauche)
"METÉORITES VOYAGE" (à droite)
Photo B. Hatala




Nicole Hassler
"METÉORITES NUIT", 2016, Pigments et acrylique sur Dibond, 230 x 120 cm.
Photo B. Hatala




Nicole Hassler
"METÉORITES VOYAGE", 2016, Pigments et acrylique sur Dibond, 230 x 120 cm.
Photo B. Hatala